Le vélo électrique

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Sommaire

Vélo électrique : quelles aides pour l’achat ?

Qu’elles soient d’État ou locales, des aides financières peuvent vous aider à acquérir un vélo électrique et, bonne nouvelle, elles sont parfois cumulables !

Tout d’abord, vous pouvez percevoir le « bonus vélo » qui est une aide pour l’achat d’un vélo électrique. Cette subvention, versée par l’État, consiste à doubler l’aide déjà obtenue de la collectivité territoriale, dans la limite de 200 €. Pour l’obtenir, vous devez respecter les conditions ci-dessous :

Conditions tenant à l’acquéreur

Conditions tenant au vélo

- être majeur ;
- être domicilié en France ;
- avoir un revenu fiscal de référence par part inférieur ou égal à 13 489 € l'année précédant l'acquisition du vélo ;
- avoir bénéficié d'une aide, ayant le même objet, attribuée par une collectivité locale.

- être neuf ;
- ne pas utiliser de batterie au plomb ;
-être un cycle à pédalage assisté d’une puissance maximale de 0,25 kilowatt,
- avoir une vitesse maximale de 25 km/ h ;
- ne pas être cédé dans l'année suivant son acquisition.

Sur le plan régional, certaines régions (comme l’Ile-de-France, l’Occitanie, la Corse…) subventionnent l’achat d’un vélo. Les montants peuvent varier de 150 € à 600 € selon la région, la subvention ne dépassant jamais la moitié du prix du vélo.

Au niveau municipal, de grandes villes proposent des aides dont les montants varient d’une commune à l’autre et en font parfois profiter l’ensemble des communes de leur métropole.

Par exemple, différentes aides existent à Paris en fonction des équipements que vous souhaitez acquérir :

  • 600 € pour l’achat d’un vélo cargo ;
  • 400 € pour un vélo électrique.

Il est possible de compléter l’aide de la mairie avec celle de la région l’Île-de-France (Île-de-France Mobilités) de 600 € et 500 €.

Marseille offre, quant à elle, une aide de 400 € à l’ensemble des habitants des Bouches-du-Rhône.

La métropole strasbourgeoise propose d’acheter votre vélo électrique contre un remboursement de 2 € par jour, pendant 3 ans maximum.

Vous trouverez sur le site de votre commune ou de votre région les conditions et les démarches à suivre pour profiter de ces dispositifs.

A côté, des vélos à assistance électriques « classiques », on trouve les vélos cargo permettant d’embarquer du matériel à bord. Ces vélos cargos électriques, très prisés des artisans, peuvent également intéresser les professionnels libéraux. Ils bénéficient des subventions accordées aux véhicules électriques.

Quel régime fiscal pour votre vélo électrique ?

Le vélo électrique peut être considéré comme un moyen de déplacement professionnel et vous permettre de bénéficier de quelques déductions fiscales.

Lorsque votre vélo est utilisé à titre professionnel et que vous en êtes propriétaire vous pouvez l’intégrer à votre patrimoine professionnel et le faire entrer dans les immobilisations. En principe, vous ne pouvez retenir 100 % du prix d’acquisition du vélo vous devez tenir compte d’une quote-part d’usage privé.

Vous pourrez l’amortir et déduire ces amortissements. Par usage, on amortira un vélo électrique sur 3 à 5 ans.

Ainsi, si vous achetez un vélo électrique 2000 euros utilisé à hauteur de 90 % à titre professionnel et que vous choisissez de l’amortir sur 4 ans.

2000/4 = 500

Vous pourrez ainsi déduire 500 euros x 90 % = 450 € pendant 4 ans.

Vous pourrez également déduire les frais d’entretien de votre vélo.

Comment assurer votre vélo électrique ?

Pour les vélos électriques dont la puissance ne dépasse pas 0,25 KW, il n’y a pas d’assurance obligatoire, sauf si l’assistance est activée au-delà de 25km/h. Néanmoins, vous devez réparer les dommages que vous causez aux autres. Vous pouvez souscrire la garantie responsabilité civile pour cela. Pour couvrir vos propres dommages et ceux de votre vélo, vous pouvez souscrire la garantie accident. Elle peut être complétée avec d’autres garanties.

Pour les vélos dépassant cette puissance, l’assurance est obligatoire.

Les primes d’assurance pour un vélo « professionnel » sont des dépenses déductibles.

Comment assurer votre vélo électrique ?

De nombreuses solutions existent et de plus en plus de ville l’incitent. Dans cette situation, vous n’êtes pas propriétaire mais locataire du vélo et donc vous ne pouvez pas amortir le prix d’achat. Vous pourrez cependant déduire les frais de location, d’entretien et/ou d’abonnement (vélib’ etc…) en charges selon votre utilisation à titre professionnel.

Et dans le cas d’une offre de leasing ? Tant que vous êtes locataire, vous pouvez le comptabiliser en location classique, comme évoqué ci-dessus. Si, à la fin, vous décidez d’acheter le vélo, vous pourrez l’immobiliser sur la fin de sa valeur et continuer à déduire les frais d’entretien.

Avec les différentes aides locales et de l’État, vous pourrez acquérir facilement un vélo électrique. Que vous l’achetiez ou que vous optiez pour la location dans le cadre de votre activité professionnelle, vous pourrez réaliser des déductions de charges et faire de ce nouveau mode de transport, un véritable outil professionnel !

cropped-reseau-des-ARAPL-blanc.png
Vous souhaitez Être accompagnÉ(e)
Merci de nous transmettre vos coordonnées afin que nous puissions vous recontacter
cropped-reseau-des-ARAPL-blanc.png
Vous souhaitez Être accompagnÉ(e)

Merci d’avoir déposer un message.

Il a bien été envoyé à votre ARAPL.

Un conseiller vous répondra au plus vite.