Le choix de la structure juridique détermine le type d’imposition : l’impôt sur le revenu (IR) ou l’impôt sur les sociétés (IS).

IR ou IS ?

L’impôt sur le revenu

Si vous choisissez l’EI, l’EIRL ou l’EURL, vous ne formez qu’une seule personne avec votre entreprise et vos bénéfices sont soumis à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices non commerciaux (BNC), selon le barème progressif.
Vous pouvez cependant, dans certains cas, opter pour l’impôt sur les sociétés.

Si vous êtes auto-entrepreneur, vous pouvez bénéficier du prélèvement libératoire de l’impôt sur le revenu (2,2 % du chiffre d’affaires) et n’êtes pas soumis à la TVA.

L’impôt sur les sociétés

Il concerne les SARL, les SA et les SAS. Les bénéfices sont imposés à 15 % sur la fraction du bénéfice située en deçà de 38 120 euros, et à 33,33 % au-delà.

C’est donc la tranche d’imposition qui permet de savoir quel est le régime fiscal le plus intéressant.